A business with impact, Tech For Good, a necessary transition

In the face of environmental and social awareness, the transition of businesses towards a positive impact and the development of Tech For Good, using technological innovation in the service of a sustainable and supportive society, a new horizon is opening up. 

In 2020, 99.4% of Danone’s share-holders approved the group’s transformation into a company with a mission, making the agribusiness giant the first French multinational listed on the stock exchange to have a ‘raison d’être’ linked to ambitious social, societal and environmental objectives. One year later, this commitment was extended, with the group announcing in February 2022 the BCorp* certification of its French brands and the aim of having all its entities certified at global level by 2025.

This case is a striking example of the profound transformations companies are undergoing and the issues they are leading to, among the search for economic profitability and the vocation of general interest.

The fact is that the business model largely accepted up to now, striving for financial profitability, productivity and profits as the goals, is being undermined by the universal awareness-raising of sustainable development issues. This can be seen in the critical speeches made by students at the degree ceremonies of prestigious institutes of higher education (AgroParisTech, HEC, Polytechnique), as well as in surveys on employee expectations (81% of business executives are in favour of giving financial aid to companies that respect environmental standards, according to an Ifop survey for Cadremploi in February 2022; 67% of the people surveyed said they would turn down a job if the company operated in a manner that was against their personal ethics, according to a survey in March 2022 carried out by the Robert Half consultancy).

 

A positive impact

Faced with these issues and expectations, companies are increasingly incorporating the idea of the positive impact. The movement is widespread among innovative companies, especially under the heading of ‘Tech For Good’, whose aim is to place social and environmental impacts back at the heart of business along with innovation. “It’s all about using social and environmental issues as a lever to innovate in a sensible way, creating value and competitive advantages. It’s a rationale of common sense,” explains Vincent Collet, founder of the eco-innovation agency Think+, based at the Crealuz technology park. The rationale relies particularly on eco-innovation and eco-design. “These are pragmatic approaches. By adopting a vision that looks at the whole life cycle of the product, we tackle many cross-cutting subjects: raw materials, supply and transport, logistics, manufacturing processes, use and end of life. And this applies to all types of business.”

In fact, businesses will increasingly be faced with in-depth strategic reflections around an eco-design approach. An article published by ADEME in March 2022 confirms the issues facing business in risk management, cost control, sales growth and team-building. ADEME also confirms that eco-design is “a creative approach, a source of innovation and differentiation” enabling business leaders to crate value for the company and for customers with innovative products, while reducing the environmental impact.

 

Basque initiatives

This approach runs through all the areas of strategic activity covered by the Technopole Pays Basque. Although Crealuz, the business incubator of the Communauté Pays Basque devoted to eco-design and the Blue Economy, is the figurehead, impact innovation is also widely implemented across the other sites of the Technopole. At Technocité in Bayonne, the future TURBOLAB platform, dedicated to innovative Hybrid Propulsion, will make it possible to trial and develop new hybrid, alternative fuel and electric powertrains, while also using an ingenious system to recover energy in the form of heat to supply the site and neighbouring businesses with electricity for their own use. At Izarbel, French Tech Pays Basque, which is very involved in these matters, last October organised a new event called ‘My innovation, my territory’, an event devoted to innovation with a positive impact. Similarly, in 2021-2022 ESTIA Entreprendre launched ‘start-up impact’, an incubation programme for technological companies in the socio-economic transition and in December offered ‘Bask Impact’, an offshoot of BaskInvest allowing start-ups to form links with major financiers.

Arkinova, the technological site devoted to sustainable construction, has a plethora of initiatives in eco-innovation, from the Constru’terr Chair promoting raw earth as a construction material to the innovations of start-ups such as Tikoam, who develop upcycled evolving partition furniture, or Arrosia, perfecting a material made from pine resin as an alternative to petrochemical polymers. These two young companies located at the Arkinova Business Generator are among the first winners of the Eco-innovation call for projects, launched in 2021 by the Communauté Pays Basque. And that’s not their only initiative to promote Tech For Good. A unique way of raising awareness and supporting the productive businesses (craft and industry), 0 L42CO6CONCEPTION Master Classes in eco-innovation were offered in 2021 at Créaluz, and taken up by around ten businesses of all sizes and very varied interests. These two initiatives are essential to raise the awareness of, sustain and support companies wishing to commit to the ecological transition, and will therefore be repeated in 2022.

Sourcehttps://expertises.ademe.fr/production-durable/lecoconception/enjeux-lecoconception-benefices-lentreprise-leconomie-lenvironnement

En 2020, 99,4 % des actionnaires de Danone approuvaient la transformation du groupe en société à mission, faisant du géant de l’agroalimentaire la première multinationale française cotée en bourse à être dotée d’une « raison d’être » associée à d’ambitieux objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux. Un an plus tard, le mouvement engagé s’est poursuivi, le groupe annonçant en février 2022 la certification BCorp* de ses marques françaises et un objectif de certification de toutes les entités au niveau mondial d'ici 2025.

Ce cas est un exemple marquant des profondes transformations que connaissent les entreprises et des problématiques qu’elles engendrent, entre recherche de rentabilité économique et vocation d’intérêt général.

Car le modèle jusqu’ici majoritairement admis pour les entreprises, celui d’une recherche de rentabilité financière, de la productivité et des profits comme horizon, est battu en brèche par la prise de conscience universelle des enjeux du développement durable. En témoignent les prises de paroles critiques d’étudiants lors des remises de diplôme de grandes écoles (AgroParisTech, HEC, Polytechnique), mais aussi les sondages sur les attentes des salariés (81% des cadres sont favorables à l'idée de soumettre les aides aux entreprises au respect de normes environnementales selon un sondage Ifop pour Cadremploi en février 2022 ; 67% des personnes interrogées refuseraient un emploi si l’activité de l’entreprise était contraire à leur éthique selon un sondage de mars 2022 réalisé par le cabinet Robert Half).

 

Impact positif

Face à ces enjeux et ces attentes, les entreprises évoluent de plus en plus en intégrant la notion d’impact positif. Un mouvement largement diffusé au sein des entreprises innovantes, qui s’inscrit notamment sous la bannière de la « Tech For Good », dont l’objectif est de replacer les impacts sociaux et environnementaux au cœur des activités comme des innovations. « Il s’agit de prendre la question des enjeux sociaux et environnementaux comme un levier pour innover avec du bon sens, créer de la valeur et des avantages concurrentiels. C’est une logique de bon sens », explique Vincent Collet,

fondateur de l’agence d’éco-innovation Think+, basée sur le site technopolitain Crealuz. Une logique qui repose notamment sur l’éco-innovation et l’éco-conception « Ce sont des approches pragmatiques. En adoptant une vision par le cycle de vie du produit, on aborde de nombreux sujets transversaux : les matières premières, l’approvisionnement et le transport, la logistique, les process de fabrication, l’utilisation et la fin de vie. Et cela s’adresse à tous types d’entreprises ».

En effet,  les entreprises seront de plus en plus confrontées aux réflexions stratégiques profondes ainsi qu’à des évolutions structurelles de leur Business Modèles pour la mise en place d’une démarche d’éco-conception. Un article publié par l’ADEME en mars 2022 confirme les enjeux des entreprises dans la gestion des risques, la maîtrise des coûts, l’accroissement des ventes et la fédération des équipes. L’ADEME confirme également l’éco-conception comme « une démarche créative, source d’innovation et de différenciation » permettant aux dirigeants créer la valeur à l’entreprise, aux clients avec des produits innovants toute en diminuant leur impact environnementale.

 

Initiatives basques

Cette démarche infuse d’ailleurs l’ensemble des domaines d’activités stratégiques couverts par la Technopole Pays Basque. Si Crealuz, la pépinière de la Communauté Pays Basque dédiée à l’éco-conception et l’Economie Bleue, en est la figure de proue, l’innovation à impact est aussi largement mis en œuvre sur les autres sites technopolitains. Sur le site Technocité de Bayonne, la future plateforme TURBOLAB consacrée aux Propulsions hybrides innovantes, va permettre de tester et développer les nouvelles motorisations hybrides, à carburant alternatif et à propulsion électrique, tout en associant un ingénieux système de récupération de l’énergie sous forme de chaleur pour alimenter le site et les entreprises voisines en autoconsommation collective d’électricité. À Izarbel, la French Tech Pays Basque, très engagée sur ces questions, a organisé en octobre dernier la première édition de « Mon innovation, mon territoire », événement dédié à l’innovation à impact positif. De même, ESTIA Entreprendre a lancé en 2021-2022 « start-up impact »,  un programme d’incubation des entreprises technologiques de la transition socio-écologique et proposé en décembre « Bask Impact », une déclinaison de BaskInvest permettant aux start-ups de tisser des liens avec des financeurs à impact.

À Arkinova, le site technopolitain dédié à la construction durable, les initiatives se multiplient en faveur de l’éco-innovation, de la chaire Constru’terr qui cherche à valoriser la terre crue comme matériau de construction aux innovations de start-ups comme Tikoam, qui développe des cloisons-meubles évolutives upcyclées ou Arrosia, qui met au point un matériau issu de la résine de pin en alternative aux polymères pétrochimiques. Ces deux jeunes pousses hébergées au Générateur d’Activités Arkinova font d’ailleurs partie des lauréats du premier appel à projets Éco-innovation, lancé en 2021 par la Communauté Pays Basque. Là n’est pas la seule initiative de l’Agglomération en faveur de la tech for good. En effet, un dispositif inédit de sensibilisation et d’accompagnement 0 L42CO6CONCEPTION des entreprises productives (artisanat et industrie), les Master Class éco-innovation ont été proposées en 2021 à Créaluz, et suivies par une dizaine d’entreprises de toutes tailles et d’horizons divers. Essentielles pour sensibiliser, soutenir et accompagner les entreprises souhaitant s’engager dans la transition écologique, ces deux initiatives sont reconduites en 2022.

 

 

Source : https://expertises.ademe.fr/production-durable/lecoconception/enjeux-lecoconception-benefices-lentreprise-leconomie-lenvironnement

Le projet de la société Adaxis est l’un des quatre projets lauréats de la Nouvelle-Aquitaine primés par le 24e concours national i-Lab.

Read more